Comment choisir un traducteur professionnel ? 5 conseils pour un choix vert et malin

La traduction est une étape incontournable pour les entreprises qui souhaitent conquérir de nouveaux marchés et convaincre de nouveaux clients. Toutefois, choisir un bon traducteur, de préférence écoresponsable, n’est pas une mince affaire et peut s’avérer extrêmement chronophage si l’on ne tient pas compte de certains éléments. Voici quelques critères à prendre en compte pour choisir un bon traducteur vert.

Choisir son traducteur vert
Plusieurs aspects doivent être pris en compte pour choisir un traducteur vert.

1. Opter pour un traducteur professionnel

Il est toujours tentant de faire appel à une connaissance bilingue dans votre entourage ou au sein de votre entreprise pour traduire vos documents à moindre coût. Ce réflexe est bien normal, mais parler plusieurs langues ne fait pas de vous un traducteur, pas plus qu’avoir deux mains ne fait de vous un pianiste.

Faire affaire avec un traducteur professionnel est un gage de qualité, de fiabilité et de sérénité. Vous pourrez ainsi déléguer une tâche sans crainte et vous concentrer sur d’autres activités. 

Comme dans bien d’autres professions, les traducteurs ont tendance à se spécialiser. Certains s’adonnent à la traduction juridique, pendant que d’autres choisissent la traduction médicale ou encore la traduction environnementale. Cette spécialisation est une garantie de qualité supplémentaire, car le traducteur professionnel connaît votre domaine, manie votre jargon et maîtrise le vocabulaire technique, etc. 

2. Traducteur professionnel : faut-il se limiter à sa langue maternelle ?

On pense souvent qu’un traducteur peut traduire aisément dans plusieurs langues. En réalité, la plupart des traducteurs professionnels ne traduisent que vers leur langue maternelle. La raison est simple : on maîtrise rarement aussi bien toutes les nuances d’une langue étrangère. C’est aussi la manière la plus sûre de produire un texte naturel, fluide, et qui ne trahit pas une traduction.

Bien sûr, il existe des exceptions. Certains traducteurs ont véritablement grandi avec deux langues maternelles et sont capables de traduire naturellement vers ces langues, mais ce cas de figure est plutôt rare.

Il convient donc de vérifier si la langue maternelle de votre traducteur est bien celle dont vous avez besoin si vous ne voulez pas recevoir une traduction de mauvaise qualité.

3. Le prix des services de traduction professionnels

En traduction, les tarifs peuvent varier considérablement d’un professionnel à l’autre. En effet, les critères pris en compte dans le calcul des prix sont multiples.

Le traducteur fixe ses prix en fonctions de l’urgence du projet, de la complexité du texte, du type de service (traduction, révision, correction, SEO ?), du niveau d’exigence requis (le texte doit-il être publié ? faut-il l’adapter à un public particulier ?), du marché ciblé, mais aussi des langues concernées.

Les tarifs reflètent parfois des éléments supplémentaires tels qu’une certification (norme ISO, par exemple), une formation spécialisée (nécessitant un diplôme précis) ou une façon de travailler particulière.

Ne croyez pas aux licornes : si un traducteur prétend proposer un service ultrarapide et d’excellente qualité à un prix défiant toute concurrence, il y a probablement anguille sous roche. 

En outre, un traducteur plus cher vous évitera très certainement la perte de temps et d’argent causée par un mauvais traducteur bon marché.

Choisir son traducteur vert
Choisir un traducteur vert : combien ça coûte ?

4. Traducteur freelance, agence de traduction ou traducteur automatique, quel traducteur choisir ?

En quête du traducteur parfait, vous trouverez certainement plusieurs agences de traduction en plus de traducteurs indépendants. Bien sûr, Google vous suggérera certainement de recourir à la traduction automatique (Google traduction, par exemple).

L’important ici est de bien évaluer vos besoins au préalable : les volumes à traduire sont-ils élevés ? envisagez-vous de faire traduire vos documents vers plusieurs langues dans des délais assez courts ? 

Si vous répondez par l’affirmative, une agence de traduction sera probablement plus adaptée à vos besoins, car il lui suffira d’ouvrir son carnet d’adresses pour vous trouver des traducteurs.

Choisir un traducteur professionnel freelance : un partenaire privilégié

En optant pour un traducteur indépendant, vous aurez un contact direct et privilégié avec votre linguiste, ce qui vous permet de lui communiquer plus facilement vos exigences. L’autre grand avantage est le prix : en travaillant directement avec un traducteur seul, vous économisez le montant de la commission perçue par l’intermédiaire (l’agence).

Il peut également être tentant de recourir à la traduction automatique. Une traduction gratuite en seulement quelques secondes, ça laisse rêveur ! Hélas, la traduction automatique a également ses inconvénients : problèmes de confidentialité (rien n’est tout à fait gratuit), traduction au style « robotique », problèmes de sens, incapacité à trancher en cas de polysémie (lorsqu’un mot revêt plusieurs sens). Bref, il est plus sage d’utiliser cette option pour comprendre le sens global d’un texte, mais pas pour traduire votre communication et encore moins votre site web !

5. Privilégier les prestataires en phase avec vos valeurs

Si vous attachez de l’importance à l’origine et à l’impact environnemental de vos achats, ainsi qu’aux pratiques de leurs producteurs, pourquoi appliquer d’autres critères pour choisir votre traducteur professionnel ?

Certains traducteurs appliquent différentes stratégies pour réduire leur empreinte écologique et offrir des services écoresponsables, par exemple :

  • utiliser du papier recyclé et n’imprimer que le strict nécessaire ;
  • réduire son empreinte numérique (en triant ses emails, notamment) ;
  • compenser ses émissions de gaz à effet de serre ;
  • éteindre ses appareils plutôt que de les mettre en veille ;
  • etc.

Idéalement, ces actions vertueuses pour l’environnement doivent dépasser le cadre professionnel et s’inscrire dans un style de vie globalement plus responsable (privilégier l’économie circulaire, viser le zéro déchet, s’alimenter en produits locaux et biologiques, opter pour des articles réutilisables, etc.)

En bref

Évaluez soigneusement vos besoins avant de sélectionner un traducteur. Gardez à l’esprit que les tarifs ne font pas tout et que la qualité a un prix. Pensez aussi à opter pour un traducteur soucieux de l’environnement (comme un traducteur neutre en carbone), en phase avec vos valeurs et spécialisé dans votre domaine. Pourquoi ne pas jeter un œil à mes services de traduction écologiques ?


Article rédigé par Maxime Vandecassye

1 réflexion sur “Comment choisir un traducteur professionnel ? 5 conseils pour un choix vert et malin”

  1. Ping : Comment réussir la traduction d'un site web : mode d'emploi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *